Grands Ordres en Limousin

Les origines du monachisme
Vers la fin du IIIe siècle, des ascètes égyptiens expérimentent les avantages de la vie au désert, où rien ne vient distraire les âmes à la recherche de Dieu. À la suite de Saint Antoine, quelques maîtres leur enseigne à vivre dans la prière continuelle, en tête à tête avec Dieu. Ce sont les premiers ermites, bientôt appelés moines (monos, seul).


Le cénobitisme
Puis vient le cénobitisme avec St Pacôme, en fondant des communautés de moines, afin de lutter contre l'instabilité de leur volonté propre, et les tentations d'une vie indépendante. En France, Saint Martin de Tours fonde la première communauté à Ligugé en 360. Le plus grand maître de l'idéal cénobitique fut Saint Augustin (354-430) dont la règle fut suivie par de nombreuses communautés (Prémontré, Dominicains). St Benoît avec sa règle, qui s'inspire de St Augustin, façonne le monachisme occidental (bénédictins, clunisiens, cisterciens). Le synode d'Autun en 670 lui donne sa préférence pour les monastères de la région. Sa règle est reprise par le mouvement de rénovation qui suivit les invasions normandes, Cluny fondé en 910, l'adopte avec quelques variantes. Au XIe siècle on assiste à un grand essor de l'érémitisme qui souvent adopte ou s'inspire de la règle bénédictine : Camaldoli, Vallombreuse, en Italie, et la Chaise-Dieu, Tiron, Savigny, Grandmont, l'Artige, et les chartreux en France. Citeaux adopte un mode de vie commun intégral.
La vie monastique était au XIIe et XIIIe siècle plus diversifiée qu'actuellement. Les prieurés furent pour les abbayes de précieux auxiliaires, centres de production et donnant aux moines un asile de repos et de recueillement. Si ces petites structures ne permettaient pas des liturgies à grand spectacle, ils procuraient le calme et la paix permettant la contemplation et la prière. Ce séjour en prieuré devait alterner avec un séjour dans une abbaye pour y bénéficier du rythme claustral, des grands offices, et de l'étude de la Règle et des écritures.


Les ordres mendiants
Mais les communautés de moines se relâchent, et l’on assiste à la fondation des ordres mendiants en réaction avec ces ordres riches. La première fut celle des Carmes en 1156, puis St François d'Assise en 1210 fonde les franciscains, St Dominique en 1215 les Dominicains, les Servites en 1232, les Augustins mendiants en 1256, et les Célestins à la fin du XIIIe siècle.

Les grands Ordres en Limousin (Bénédictins, Carmes, Chartreux, Cisterciens, Clunisiens, Dominicains, Fontevristes, Franciscains) comment s'y developpèrent-ils ?

Les Bénédictins les Célestins - Exempts - Savigny - Tiron
les Carmes  
Les Chartreux    
Les Cisterciens les Feuillants
Les Clunisiens Quand St Bernard passait près du Limousin (Cluny)
Saint Martial
Beaulieu sur Dordogne
les Dominicains  
Fontevraud  
les Franciscains les Récollets - les Capucins - les Antonins

Liste de tous les prieurés en France des observances suivantes :Chartreux - Fontevraud -

webmestre : Michel FOUGERAT

Retour ordres limousins

Retour page d'accueil